Nouvelle résidence pour la marque MeisterSinger

Mayaro, c’est un espace hors-norme dédié à l’homme combinant l’univers du luxe, de l’artisanat d’art, de la gastronomie, imaginé par trois inclassables personnalités touche-à-tout du « beau », du savoir-faire et du « handmade » : Nicolas Floquet, Raphaëlle de Panafieu et Eloïse Gilles.

À la croisée du concept-store et de la galerie d’art, cette adresse, lieu de contenu, espace de design et de philosophie du beau a séduit la marque horlogère allemande monoaiguille MeisterSinger.

© Jérôme EMERIAU

Une adresse à découvrir au plus vite !

Trouvant bien leur place dans cet univers mixant le masculin et l’artisanat de luxe, les montres MeisterSinger sont exposées dans une scénographie particulière mettant en valeur des objets insolites tels qu’une malle à alcools rares, des lunettes en cuir, un psyché numérique ou encore des boutons de manchette en météorite.

 

Chez Mayaro, les montres MeisterSinger sont mises en scène aux côtés d'objets insolites.
Chez Mayaro, les montres MeisterSinger sont mises en scène aux côtés d'objets insolites.
Nouveauté 2017 MeisterSinger, la Circularis Power Reserve, version cadran Ivoire. Mouvement automatique calibre nouveau calibre MSH02.

2017 Circularis Réserve de Marche : 120 heures de réserve de marche en un simple coup d’œil

MeisterSinger enrichit sa collection premium Circularis en dévoilant avec un nouveau modèle doté de l’affichage de la réserve de marche.

Fidèle à l’esthétique minimaliste et épurée des montres MeisterSinger, la Circularis Réserve de Marche concilie précision et lisibilité sans oublier le charme vintage des cadrans ronds aux dimensions généreuses (43 mm) disponibles dans une combinaison de quatre couleurs.

Fondée en 2001 par Manfred Brassler, la marque horlogère MeisterSinger impose une vision de la lecture de l’heure simplifiée par mono-aiguille, renouant avec les origines de la montre. Découvrez l’ensemble des nouveautés de la marque sur le site www.meistersinger.com

Texte A. P – Photos © DR MAYARO ©Jérôme EMERIAU, © MATondu, © MBernos, © HomeMade – © MeisterSinger

Mayaro, un incubateur de talents

Mayaro, c’est un concept-store, d’un genre nouveau, ouvert en septembre 2016. Un lieu – devrait-on dire un repaire dans le Paris des Invalides – d’esthètes. Présentation.

Situé au 20 rue Amélie dans le 7e arrondissement de Paris, Mayaro offre un espace de 150 m² dans lequel se croise et s’entrecroise design, innovation, art numérique et sur-mesure, gastronomie sans frontière ni limite.

La volonté des créateurs de l’espace est de proposer une vision réinventée du luxe, exigeante, libérée des convenances, un nouveau champ d’expression des acteurs de la création et du luxe, et un élargissement de ses territoires initiaux. Un cabinet de curiosité contemporain étudié comme un espace vivant.

Inventer des objets, fabriquer des expériences

Travail des peaux, des cuirs, des bois, des denrées, des mots, des belles matières : Mayaro est un lieu qui se vit et s’appréhende comme un éditeur iconoclaste, agissant dans tous les domaines des arts de la vie. Maroquinerie, gastronomie, ébénisterie, beaux livres, beaux objets, art numérique, horlogerie désormais sont au cœur de ce projet.

Chez Mayaro, les artistes, artisans et créateurs sont appelés « Pirates ».

Leur repaire a pour vocation de devenir, un lieu à part, de propositions faisant la part belle aux trésors (et génie) créatifs, et favorisant une rencontre unique entre deux mondes : celui des créateurs et des clients.

Esthètes, ces nouveaux flibustiers de la création contemporaine œuvrent pour des expériences inédites mêlant l’esprit, la main et le geste. Répertoire succinct des pirates de Mayaro :

  • Godefroy de Virieu et Stefania di Petrillo, les designers
  • Guy Chanel, le sellier-maroquinier
  • Tranchet Vif, les bottiers
  • Sven Chartier, le chef, concepteur d’une cuisine privée
  • Ewen Le Moigne, le chercheur d’or, a conçu  pour Mayaro une malle à alcools rares
  • Paul et Gaëtan Brizzi, les dessinateurs
  • IOTA Element, les ébénistes, développe une ébenisterie au service de l’art numérique
  • Camille de Peretti, l’écrivain, orchestre l’édition d’un ouvrage d’art autour des sept péchés capitaux
  • Paul et Gaëtan Brizzi, les dessinateurs, ont donné vie à la chimère de Mayaro au travers de deux croquis exclusifs et de plusieurs autres travaux préparatoires, un projet d’édition de livres d’art à la clef.

Pour prendre contact avec MAYARO, rien de plus simple, un mail pirates@mayaro.fr, un téléphone 01 80 06 04 41 (indispensable) pour découvrir (sur rendez-vous) le 20, rue Amélie, Paris 7.